Comment jouer la valse en la mineur de CHOPIN

Comment jouer la valse en la mineur de CHOPIN

Doigter et travailler cette valse n°17 de CHOPIN

Réussir à jouer cette valse de CHOPIN au piano, c’est avoir un bon placement de main(s), une bonne posture et connaître quelques principes de base du jeu pianistique.

Ceux que je donne dans cette vidéo peuvent être utiles pour de nombreuses pièces. Ce sont des principes fondamentaux.

Comment jouer la valse en la mineur de Chopin
Déplacement de la main gauche au piano

Les doigtés

Mettre le doigté, c’est noter au-dessus de certaines notes les chiffres correspondant aux doigts. 1 pour le pouce,  2 pour l’index, etc.

Cette compétence est rarement présente de façon innée. Elle demande une certaine expérience et c’est une grosse partie du travail à faire AVANT de jouer une pièce. Je trouve cette phase de réflexion très intéressante. J’aime personnellement beaucoup ce moment de préparation.

Un doigté s’essaie.  Un peu comme une paire de chaussures : on marche un peu avec pour voir si elle nous va. Ainsi, le doigté s’essaye en jouant le coin, même lentement. Mais attention, parfois un doigté peut convenir dans la lenteur et ne pas être possible dans la vitesse !

Et pour doigter ne serait-ce qu’une mesure, il faut penser à ce qui vient après et aussi savoir d’où l’on vient.

Un doigté est personnel, toutefois dans de nombreuses circonstances, on ne peut négocier : certains doigtés conviennent à toutes les mains et l’on ne pourrait jouer autrement. C’est comme des mots qui n’auraient pas de synonymes : on n’a pas le choix du terme.

Comment jouer la valse en la mineur de CHOPIN
Les doigtés du pianiste

Le cas Claude DEBUSSY

DEBUSSY ne notait pas de doigtés dans ses pièces pour piano à éditer
DEBUSSY (1862-1918)

Ce compositeur français, connu des musiciens et des mélomanes, ne mettait pas de doigtés dans ses œuvres. Il laissait le pianiste interprète les choisir pour lui-même en lui faisant confiance.

Je ne résiste pas à vous livrer une partie de la préface de ses Etudes pour piano.

Imposer un doigté ne peut logiquement s’adapter aux différentes conformations de la main… (…) L’absence de doigté est un excellent exercice, supprime l’esprit de contradiction qui nous pousse à préférer ne pas mettre le doigté de l’auteur et vérifie ces paroles éternelles : “on n’est jamais mieux servi que par soi-même.” Cherchons nos doigtés!

Tout est à relier, ce qui ne veut pas dire “à lier” !

  • pour le confort de la main afin de ne pas la crisper ou trop l’étirer et adapter la pièce à la main qui doit la jouer
  • pour faciliter la mémoire en mettant les mêmes “chiffres” sur les mêmes tournures musicales
  • pour pouvoir jouer dans la vitesse demandée (tempo)
  • pour limiter les déplacements et s’économiser
  • pour choisir les doigts selon leur force naturelle. On ne jouera pas un petit doigt pour jouer une note isolée et forte par exemple. A l’inverse, on évitera de jouer un pouce sur une fin de phrase qui devrait peu s’entendre, un peu comme le E muet à la fin d’une phrase.

Revenons à la valse en la mineur de CHOPIN

Pour la main droite

Au tout début de la pièce, on a juste à penser à ce qui vient après !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Cours de piano, la rentrée !

Le phrasé est très important, ce sont les lignes, les liaisons qui nous disent si l’on joue lié ou détaché. Parfois, on s’embête à mettre des doigtés compliqués qui nous permettent de lier les touches alors que le phrasé nous demande de jouer justement détaché.

Pensons ERGONOMIE en installant des doigtés pour nos élèves ou pour nous-même.

Parfois, un doigté s’impose à nous : il nous permettra de ne jamais rater un coin qui pourrait être difficile. C’est ce que j’explique pour le mordant MI-FA-MI pour lequel j’utilise  les doigts 1-4-3 plutôt que 3-4-3 pour mieux répéter le MI.

On trouve de temps en temps des doigtés un peu extravagants dans les partitions. Si les doigtés paraissent peu crédibles, alors, il ne faut pas hésiter à les changer ! Ici, à la minute 7 de la vidéo, je change le 4-5-4 en 1-4-3 et je conseille la souplesse du poignet qui facilite tout ! La réussite des mordants, ces petites notes rapides, exige une bonne souplesse de poignet et de la détente. Ne pas avoir peur de rater, c’est comme cela qu’on rate !

Comment jouer la valse en la mineur de Chopin

Cette valse a une écriture de main gauche tout à fait typique de la valse !

Premier temps dans les basses, deuxième et troisième temps dans la partie medium du clavier.

Pour l’exécution de la main gauche dans l’ensemble de cette valse, le déplacement devra être rapide, du temps 1 au temps 2 ET du temps 3 au temps 1 (je n’ai pas été très précise dans la vidéo!).

S’entraîner sans gestes parasites est d’une superbe efficacité !

L’astuce que je présente et que je vous conseille permet vraiment de jouer plus vite et sans rater les touches.

Tout se passe dans la tête : c’est avec notre mental que nous jouons du piano et nous l’oublions souvent en comptant trop sur les mouvements.

Ceux-ci se feront de façon désordonnée et ralentiront grandement nos progrès s’ils ne sont pas guidés d’abord par notre ordinateur central, j’ai nommé notre cerveau !

Pour avoir de la marge et jouer à l’aise, il est parfois bon de jouer bien au-delà de la vitesse demandée. Ainsi, on se rend compte si le travail de déplacement a été efficace. C’est une sorte de bilan du quart d’heure de travail.

Si des difficultés persistent, n’hésitez pas à reprendre le travail en toute conscience.  Pensez à déconnecter vitesse de déplacement et vitesse du morceau.

La clé : se DÉPLACER extrêmement vite tout en JOUANT extrêmement lentement ! 

Comment jouer la valse en la mineur de CHOPIN
La souplesse indispensable au piano

Comment jouer l’arpège de MI Majeur vite, sans accrocher et musicalement ?

Dans ce cas, le “passage de pouce” n’existe pas : c’est un déplacement latéral de la main. Celle-ci ne pourra pas lier complètement mais ce n’est pas grave car avec la vitesse, on n’entendra pas de “trou”. En musique, un arpège est une série de notes émises successivement et qui, considérées ensemble, forment un accord. (notre ami WIKI !)

La difficulté supplémentaire, c’est le rythme. Que se passe-t-il ? Nous avons trois fois la série MI-SOL#-SI mais les notes ne sont pas distribuées régulièrement dans chaque temps trois par trois. Il faudra veiller à ne pas “frapper” le troisième MI : il n’est pas sur un temps puisqu’il est dans le quintolet. C’est le SI qui arrive sur le troisième temps ! Compliqué à expliquer par écrit ! Heureusement la vidéo est là !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Vous donnez des cours de piano ? Ce blog peut vous y aider !

Pensez aussi à enlever les petites notes, les mordants et autres fioritures pour mieux comprendre les rythmes si des difficultés surgissent.

Jouer au fond du clavier

Dans la technique pianistique, certaines “lois” de doigtés se sont installées avant même le XIXème siècle. Elles viennent de l’usage. La loi qui conseille de ne pas mettre de pouces sur les touches noires perdure et c’est bien. Mais parfois, on est obligés de placer les doigts les plus courts (pouces et auriculaires) sur ces touches noires. Et c’est dans ces circonstances, que nous devons jouer AU FOND DU CLAVIER.

Nous avons de la place pour les doigts sur les touches du piano, ce n’est pas comme sur un accordéon avec ses petits boutons ! Alors profitons-en, apprenons à jouer au fond du clavier et nous ne tournerons pas la main pour jouer les 1 ou les 5 au dernier moment !

Comme la touche est un levier, plus on s’éloigne du bord de la touche, plus il sera difficile de l’enfoncer. Cette différence de toucher se ressent très vite. Cela implique donc une capacité d’adaptation de la main et une bonne connaissance de la réaction du clavier. Compliqué !

Comment jouer la valse en la mineur de CHOPIN
Apprendre à  jouer au fond du clavier

Des pratiques fondamentales

  • Doigtés de mordants
  • Apprendre à doigter “intelligemment” les pièces que l’on a envie de travailler
  • Garder la souplesse des poignets
  • Travailler les déplacements sans gestes parasites
  • Jouer les arpèges sans penser “passages de pouce” mais se déplacer de côté, comme un crabe.
  • Jouer au fond du clavier pour placer pouces et auriculaires sur les touches noires sans tourner la main au dernier moment.

Voilà, cette transcription de vidéo est terminée. Les idées sont là, même si je ne suis pas restée fidèle au texte de la vidéo !

La souplesse est un élément indispensable pour jouer du piano et peut s’enseigner dès le plus jeune âge. Le jeu des enfants au piano est transformé d’une façon extraordinaire ! Celui des adultes aussi !

C’est ce que j’expose dans le GUIDE DES PREMIÈRES LEÇONS DE PIANO à télécharger dans ce blog.

Si vous souhaitez mieux faire progresser les élèves en musique et en expression, alors téléchargez ce guide de 20 pages qui donne les clés de la réussite dans votre enseignement !

Merci d’avoir lu cet article !  🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réaction au sujet de « Comment jouer la valse en la mineur de CHOPIN »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.