Concours de piano pour les enfants

Concours de piano pour les enfants

Concours de piano : dois-je en faire passer à mes élèves ?

concours piano enfants

Des concours de piano même pour les enfants !

Actuellement, environ 800 concours de piano existeraient de par le monde ! On pense surtout au prestigieux concours CHOPIN de Varsovie fondé en 1927, très médiatisé dans le monde de la musique classique.

Les concours de piano pour enfants de moins de 18 ans se taillent toutefois une belle part depuis les années 1970 en tout cas en France.

Les Etats-Unis semblent assez friands de ces manifestations ! Leur système d’études musicales sans conservatoires fait que la musique et surtout le piano se débute chez les professeurs indépendants. Les écoles de style associatives ou privées dispensent également des cours de musique.

Ainsi les examens américains MTNA, (Music Teachers National Association), anglais ABRSM (The Associated Board of the Royal Schools of Music) permettent aux élèves et étudiants d’avoir une “reconnaissance de leur réussite”. C’est dans ce contexte que les concours fleurissent.

“Concours”… ce mot ne laisse personne indifférent surtout quand on parle de musique, de classique, de piano… de concours de piano pour les jeunes et les enfants !

L’idée de cet article m’est venue alors que je suis dans la préparation de la prochaine rentrée de mes cours de piano.

Faire ou ne pas faire passer un concours à mes élèves cette année ? Là est la question.

Concours ou examens, quelles différences ? Est-ce utile ? Quel but ? Tenter l’expérience ? Comment s’y préparer ? Quels en sont les codes ? Ce que j’en pense dans cet article.

piano enfants concours

Des concours de piano pour enfants de plus en plus nombreux, un paradoxe dans nos sociétés ?

Oui et non. D’un côté, bien que beaucoup d’enfants commencent la musique, seul un faible pourcentage continuent après trois ou quatre ans de pratique. Ils sont happés par le quotidien : chargés de devoirs du soir, de sport (indispensable !) et d’autres activités extra-scolaires plus les jeux sur consoles et ordinateurs… (ceux-là, un peu moins indispensables !)  🙂

Cette évaporation dans les effectifs des conservatoires serait due à l’obligation de suivre les cours de formation musicale. On l’appelait autrefois solfège mais elle est maintenant bien plus large que la seule étude du solfège.

Avec un goût de l’effort de moins en moins prononcé, les apprentis musiciens lâchent leur instrument au moment où il faudrait pratiquer davantage à la maison. Le rôle des parents est important dans ces moments-là pour accompagner l’enfant dans ses efforts.

Enseignants, vous en êtes de plus en plus conscients : sans les parents, les enfants ne peuvent aller loin. Merci à tous ceux qui s’impliquent dans l’apprentissage musical de leur(s) enfant(s) ! Ils sont une aide précieuse même s’ils ne connaissent pas la musique !

Résultats des courses, avec cette évaporation d’élèves, nous n’avons pas beaucoup de musiciens adultes amateurs de bon niveau, pratiquant pour leur plaisir.

Certains pays européens (Allemagne, Angleterre) ou la Suisse en comptent beaucoup plus. On connaît leurs chœurs d’enfants d’excellent niveau qui en amènent davantage vers la pratique musicale.

De plus, en France, les publics des salles de concerts vieillissent : en 1981, l’âge médian de ceux qui allaient aux concerts était de 36 ans. Trente ans plus tard, il était de 61 ans ! Pas de gros changements depuis.

public vieillissant musique classique
La philharmonie de Paris

De l’autre côté, nous vivons dans une société de plus en plus compétitive et finalement, il n’est pas étonnant de voir des concours un peu partout. Certains, internationaux et de très haut niveau sont d’ailleurs de vrais boosteurs de carrière !

Concours ou examens, quelles différences ?

A ceux qui crient au scandale quand on parle de concours, on peut leur dire que les conservatoires organisent bien des examens ! Il fut un temps où l’on avait même un examen par trimestre. Le dernier examen de l’année permettait de passer au niveau supérieur… ou pas ! Epoque révolue avec le système des cycles et c’est très bien ainsi.

Et dans le sport, il est même difficile de pratiquer une activité sans faire de compétition ! Obligation de partir le weekend pour des rencontres, des matches… sans cela pas d’inscription !

L’examen, donc, demande un certain niveau, un nombre de points suffisants pour passer un échelon, accéder à un nouveau poste, par exemple dans la fonction publique… Plusieurs candidats peuvent, dans ce cas, atteindre le même objectif.

Le concours, quant à lui, c’est aux J.O qu’il fait penser (jeux olympiques) : à priori, c’est le plus rapide, le plus adroit ou le plus fort qui monte sur la plus haute marche du podium.  En sport, il y a parfois une médaille ex-æquo et toujours un premier.

Mais est-ce vraiment cela, un concours musical ? Pas tout à fait ! J’ai plutôt l’impression que cela fonctionne comme un examen.  Avec parfois des règles assez floues, d’ailleurs : les médias font parfois écho de règlement qui changent à la dernière minute ! Étonnant !

piano enfants compétition

Les concours internationaux

Dans le cadre des grands concours internationaux, les candidats sortent de “qualifications”, pour parler comme les sportifs. Et les premiers tours sont de plus en plus jugés sur vidéo. Le niveau est donc très homogène et contrairement au sport, il n’y a pas toujours un premier prix à la sortie du concours : le premier arrivé se voit parfois décerner seulement un second prix ! Manque de niveau, l’excellence n’étant pas au rendez-vous… Sûrement difficile à accepter pour le candidat qui arrive au pied de la première marche… vide !

Les concours nationaux français

Les concours nationaux plus modestes, pour les plus jeunes, se passent, eux, en un tour. Sans préqualifications, les candidats sont de niveaux assez hétérogènes : il n’est pas très difficile de les départager. Bien qu’ils soient dits nationaux, de nombreux étrangers s’y présentent.

Les concours de piano pour les enfants, dans quels buts ?

Dans ce contexte de quasi désert musical (je force un peu le trait), des concours se mettent en place dans le but de valoriser la pratique de la musique dès les premiers niveaux. D’autres, pour promouvoir la musique classique, plus particulièrement.

préparer enfants concours piano

Les buts du côté du professeur

Vous pouvez vous-même présenter des élèves aux concours nationaux. Que vous soyez professeur de conservatoire ou chez vous en tant qu’indépendant. Signalez à votre direction ce projet dans lequel vous souhaitez embarquer vos élèves ! D’ailleurs, l’établissement où vous dispensez vos cours de piano l’exige peut-être dans son règlement intérieur.

Le concours peut vous permettre de vous rendre compte de la qualité de votre enseignement. Car il me semble bien qu’on évalue le professeur aux résultats de ses élèves. Toutefois, ce n’est pas une raison de devenir tyrannique pendant la préparation du concours !

Si vous  êtes indépendant (comme moi), c’est une occasion de se confronter à d’autres. Une émulation qui doit rester saine. C’est aussi un moment de rencontres très agréables et de discussions de vive voix entre pairs. Même si les forums de discussions existent sur internet, le fait de se rencontrer est génial !

La préparation d’un concours de piano est, pour vous, l’occasion de vous surpasser et d’aller plus loin en apprenant à votre élève à approfondir. Vous aurez à cœur d’amener l’élève davantage dans les détails. Vous vous surprendrez vous-même de la haute tenue de vos cours. Dans tous les domaines, la qualité se retrouve dans les détails.

Personnellement, me sentir capable de mener les élèves à un bon niveau artistique me donne des ailes.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Vous donnez des cours de piano ? Ce blog peut vous y aider !

Il y a une semaine, justement, j’ai organisé la dernière audition de l’année et j’ai pu apprécier le chemin musical parcouru par tous mes élèves petits ou grands. J’étais heureuse ! Je sais pourquoi je fais ce métier.

J’ai envie de leur procurer une nouvelle dimension qui leur sera bénéfique et indispensable ! J’ai envie que leur piano devienne leur compagnon de route pour la vie comme c’est le cas pour moi !

Alors, avec l’autorisation des parents et la “permission” des élèves, je proposerai l’année prochaine d’aller plus loin en leur faisant passer un concours ! Seuls ceux qui auront envie de le faire partiront dans cette aventure.

élève piano compétition préparation

Les buts du côté des élèves

L’envie de se faire entendre, de jouer pour les autres, est assez présente chez l’enfant : il est fier de ce qu’il fait. Le contraire serait un peu étonnant.

Pour l’enfant, passer un concours ou un examen ne le “traumatise” pas. C’est beaucoup plus tard vers l’adolescence, qu’il peut connaître le trac. L’angoisse du jugement est générée par la prise de conscience de l’enjeu.

Astuce : il faut jouer très souvent devant quelqu’un ou se produire devant un petit public. En effet, le trac bien géré est une vraie source d’énergie qu’il faut apprendre à maîtriser ! C’est très utile dans la vie !

Un concours, c’est l’occasion pour l’élève de cheminer un temps vers l’excellence. Le but n’est pas de gagner les premiers prix mais surtout de jouer de son mieux. Non pas de dépasser les autres mais de se dépasser lui-même. On ne peut pas être dans la recherche de l’excellence toute l’année mais c’est une expérience à essayer.

Une fois que l’élève sait qu’il va faire un concours, c’est un peu son logiciel qui change : il sait qu’il devra fournir un effort soutenu jusqu’au jour J, donner plus d’énergie, apprendre à la gérer. Il développera ainsi son efficacité personnelle.

Le jour J, après les délibérations, une fois que les candidats connaissent leurs résultats, ils rencontrent au moins un membre du jury et c’est là tout l’intérêt du concours. Celui-ci donne son avis, indique une voie à suivre, donne des conseils. Vous savez, les mêmes que vous serinez à votre élève ! Mais là, ce n’est pas vous qui le dites, vous n’êtes pas le seul, la seule à insister. Cela vous conforte dans votre rôle.

Présenter clairement le projet de concours

En présentant ce projet de concours à l’élève parfois jeune (6 ou 7 ans), il est important que vous expliquiez bien les tenants et aboutissants du concours. A lui et à ses parents qui, parfois, ne connaissent pas l’existence de ces “compétitions” musicales.

Et si cela se passait mal ? Ne pas dramatiser. L’enfant rejouera les morceaux au cours suivant ou mieux, à l’audition suivante, histoire de ne pas rester sur un mauvais souvenir. Et si tout se passe bien, ce sera une bonne expérience que l’élève aura peut-être envie de revivre. Il développe sa confiance en lui.

concours piano pour enfants

Concours de piano, comment s’organiser 

Organisation pour les parents

  • Choisir le concours. C’est à vous, professeur, de le faire. Il est préférable qu’il ne soit pas trop loin du domicile quand les enfants sont jeunes. Il en existe dans presque toutes les régions de France, y compris les DOM-TOM. La journée du concours est assez lourde avec de la route à faire et donc un lever aux aurores. Certains parents n’hésitent pas à prendre une chambre à l’hôtel pour permettre à l’enfant d’être au mieux de sa forme.
  • Arriver la veille commence à être utile dans les hauts niveaux mais ce ne sont pas eux qui commencent les premiers. Pourquoi pas, d’ailleurs ? Je compare volontiers cela à l’athlétisme : une épreuve d’une durée de 2 à 10 minutes pour les plus jeunes et tout est fini ! Très vite passé ! Il faut donc être au mieux de sa forme physique et psychique à un instant T bien précis !
  • Conseil : ne pas en faire trop ! Il faut juste que le jeune candidat soit bien. Gardons le sourire ! Ne prenons pas la chose trop au sérieux. Sinon, c’est le stress qui monte et c’est vraiment inutile. Donc, parents et professeurs, restons cool et humbles !  🙂
  • Réserver à l’hôtel. La réservation de l’hôtel, si besoin, doit parfois se faire assez tôt puisqu’il y a affluence pour le concours ce jour-là. Parfois les concours sont organisés par de petites communes qui n’ont pas forcément les offres hôtelières adéquates. Il vaut mieux anticiper et chercher dans la ville la plus proche.

hôtel pour concours piano

  • L’inscription. Toujours dans la préparation de l’événement : l’inscription. Maintenant, tous proposent de télécharger le bulletin d’inscription sur internet. Une fois rempli, il faut l’envoyer par la poste. J’imagine que d’autres permettent de transmettre le bulletin directement en ligne ! Ensuite s’assurer que l’inscription a bien été validée par le bureau et que la Poste a bien fait son travail. En général, il envoie un accusé de réception par mail. Il arrive que vous préfériez inscrire vos élèves en groupe. Dans ce cas, c’est vous, le professeur, qui vous en occupez.
  • La date limite d’inscription est parfois une semaine seulement avant l’événement. Regardez bien tout de même : les règlements sont tous différents. Cela veut dire que les morceaux, quand ils sont imposés, sont publiés bien avant l’inscription. On inscrit l’enfant s’il est arrivé à un niveau présentable, “honorable” disent certains !

professeur et élève au piano

Organisation pour le professeur

  • Personnellement, je trouve que la période de préparation est souvent trop longue. Ce n’est pas un avantage car quand une pièce musicale est bien sue, un vrai travail d’entretien est de rigueur pour garder cette pièce “en forme” ! Elle est comme un fruit mûr à point qui, à partir d’un moment, va commencer à “se gâter” !  Poétique, non ?  Donc ne pas commencer trop tôt même si les pièces sont sorties 3 mois avant. Une étude sans piano peut se faire en amont et sera très bénéfique pour la suite. Puis faites jouer la pièce souvent très lentement une fois qu’elle est sue.
  • C’est à vous, professeur, de gérer tout cela : quand commencer à la travailler ? Quand commencer le par cœur ? Tout de suite avec le déchiffrage ? C’est possible à condition que l’élève revienne très régulièrement sur sa partition pour ne pas laisser s’installer des fausses notes, de faux accents, de mauvais doigtés… Vous adaptez ces stratégies de travail pour chaque élève.
  • Dans la quinzaine de jours qui précèdent le concours et une fois que les pièces sont sues et présentables, pourquoi ne pas faire une petite audition pour roder le programme ? Il est possible même d’organiser une petite master-class, une sorte d’atelier entre élèves. La traduction américaine est très parlante : le rodage c’est le polissage d’une pièce ! Joli !  🙂
  • Ces concours donnent l’occasion à l’élève d’avoir un autre avis que le votre. Son jeu sera regardé sous toutes les coutures. Vous le savez quand vous présentez des élèves. Bien que les détails soient importants, c’est plus une impression d’ensemble qui sera évaluée. Le jury s’attend à ce que la pièce dégage une impression, des images, une ambiance et puisse susciter des émotions chez l’auditeur.
  • C’est aussi l’occasion d’apprendre aux élèves à saluer . Ce n’est pas une obligation. Si l’élève ne se sent pas à l’aise dans cette posture qu’il peut considérer d’un autre temps, il ne faut cependant pas qu’il parte de la scène en courant comme un voleur. Quand on est sur scène, on ne s’en rend pas toujours compte, mais le stress fait accélérer les mouvements et les pas sont souvent trop rapides.
  • Côté technique, vous serez attentif aux rythmes, aux silences, à l’équilibre main gauche/main droite, à la pédale s’il en faut… Évitez le mécanisme froid sans expressivité. Nos élèves ne sont pas des petits robots ! Mais tout cela vous le savez quand vous êtes professeur ! Je m’adresse là, à ceux qui débutent dans le métier !  🙂
  • Des élèves jeunes peuvent jouer en utilisant la pédale. Si comme moi, vous utilisez le rehausseur de pédales et que vous n’êtes pas sûr d’en avoir un sur place, pensez à prendre le vôtre ! 🙂
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Top départ, ma première vidéo !
rehausseur de pédales PE2
…ou d’autres modèles !

Concours de piano, quels codes ? Que doit-on respecter habituellement ?

Arriver un peu à l’avance

L’élève-candidat passera par le bureau des inscriptions pour dire qu’il est bien arrivé. Des créneaux horaires sont programmés pour chaque niveau. Il n’est donc pas nécessaire de venir à 8 heures si l’on passe à 16 heures.

Comment s’habiller ?

Bien que le concours ne soit pas un défilé de mode, il faut tout de même s’habiller correctement. Cela ne veut pas dire robe de princesse à paillettes ou costume trois pièces et nœud papillon !  🙂  Évitons les baskets, les vêtements de sport, les manches trop longues qui pourraient gêner…

Quand on dit “concours”, on pense parfois vêtements neufs portés  pour cette occasion. C’est une mauvaise idée. Il vaut mieux que l’enfant mette des vêtements qu’il aura déjà portés. Qu’il soit à l’aise et confortable. C’est déjà une source de stress en moins pour lui.

Si l’on veut des vêtements nouveaux, faisons-les porter par exemple pendant un rodage de programme ou à un tout autre moment, avant le concours.

Robe pour une fille et pantalon foncé pour un garçon, c’est très bien. Il est plus habituel de voir les filles en robes, c’est juste ça, je ne suis pas réac !  🙂

Compétition piano jeunes

Présenter des partitions originales le jour du concours

On ne se présente pas avec des photocopies même si les pièces sont dans le domaine public, comme celles de Mozart, Bach, … Et pas avec des des partitions prises sur internet.  Elles sont fréquemment écrites par des personnes qui ne connaissent pas toujours bien le solfège. C’est dit ! Certaines sont illisibles pour les musiciens, surtout au niveau du rythme !

Mieux vaut se présenter avec la partition vierge de toutes instructions ! C’est mon avis tout personnel. Donc le truc, c’est de faire une photocopie pour travailler et pouvoir gribouiller ! Ainsi, la partition d’origine restera nickel et sera présentable pour le jury !

Attendre son tour

Parfois, l’attente est un peu longue surtout quand il y a une douzaine de candidats par niveau. On peut en voir beaucoup plus !

Il est parfois possible d’avoir une salle pour se chauffer. Pas pour travailler : c’est trop tard ! Et il faut garder son capital technique et émotionnel pour l’épreuve ! Faire quelques gammes, accords…

Se chauffer les doigts

L’émotion et le trac s’ils s’invitent, refroidissent de temps en temps les mains. Candidats, prenez des gants même en été ! Et mettez vos mains sur un mug de boisson chaude, il paraît que ça relaxe ! L’élève peut se masser les mains, c’est assez efficace pour retrouver une souplesse maximale.

Dans le cas contraire, si les doigts des élèves sont transpirants, il est bon de prendre un mouchoir en tissu. Noir de préférence et qui sera posé sur le piano si l’élève n’a pas de poches !

Autre raison d’avoir un mouchoir : parfois le clavier est transformé en patinoire voire en piscine tant le candidat précédant transpirait des mains ! Véridique. Un petit ménage s’imposera dans ce cas ! C’est fréquent.

Le clavier du piano peut surprendre

Oui, déjà parce qu’il ne réagit pas comme celui de l’élève qui s’entraîne souvent sur un piano droit voire un clavier numérique. Aussi, le piano du concours sonne très différemment dans une grande salle. Les pianos de concours sont souvent souples, c’est-à dire assez faciles à jouer. Ce sont généralement des Steinway, de très bons pianos de concert donc des pianos à queue.

piano de concours Steinway

Jouer par cœur

Souvent préférable. Si jouer avec partition est autorisé au concours, l’élève peut être aussi extrêmement gêné en la regardant. Pourquoi ? S’il n’a pas l’habitude de travailler chez vous sur un piano à queue, il trouvera que le pupitre est trop haut. C’est très perturbant pour les enfants qui sont petits. Conseil : jouer par cœur ! Et les enfants préfèrent souvent jouer sans partition.

Des fautes ? Eviter de s’arrêter !

Savoir continuer malgré des doigts qui dérapent, c’est une vraie compétence. Cela s’apprend. Il ne faut pas rejouer sous prétexte que ce n’était pas assez doux ou pas la bonne touche.

jouer par cœur pour les concours

Préparer un concours de piano pour les enfants : un chemin vers l’excellence

Je mets tout dans la balance : le pourquoi, les buts, les côtés positifs, négatifs… Est-ce que je peux dire que les concours sont une expérience à tenter ? Une bonne expérience pour l’élève ?

A condition de ne pas trop les prendre au sérieux et de les considérer comme une façon de se dépasser soi-même, oui !

Le concours de piano pour les enfants c’est l’opportunité d’avoir un avis le plus objectif possible ET bienveillant. C’est un œil et une oreille extérieurs au triangle habituel élève-parents-professeur souvent fiers (et c’est normal) mais peu objectifs. C’est aussi une façon, pour l’élève, de se connaître, de découvrir comment il réagit face à une échéance, à une pression plus ou moins grande qu’il peut se mettre tout seul ou ressentir dans son entourage.

préparer concours piano : un chemin de progression

Loin de se comparer aux autres, il est plus constructif pour l’élève d’évaluer le chemin que la préparation du concours lui aura fait prendre. Qu’y a-t-il appris ? Y a-t-il pris du plaisir ? Oui ? Non ? Sait-il dire pourquoi ? Est-il prêt à recommencer ? Un petit débriefing post-concours à faire éventuellement en groupe.

Savoir s’évaluer n’est pas évident. Cela s’apprend avec de l’expérience et avec le temps. Et c’est à vous, professeur, d‘installer les meilleures conditions pour que votre “poulain” passe le mieux possible les obstacles et pour que cette “épreuve” reste un bon souvenir.

Je fais délibérément référence ici à la citation de DEBUSSY qui disait “Les compétitions c’est pour les chevaux !”

Professeurs, parents, quelle que soit l’issue du concours, nous féliciterons l’apprenti pianiste pour ses efforts et non pour son résultat !

Comment travailler la valse de Chopin en la mineur

Quelques concours pour nos élèves

Brin d’herbe Orléans

 Île-de France

Concours Musical de France 

Les clés d’Or

Concours de LEMPDES

Claude KAHN

Si vous êtes professeur de piano et que vous envisagez de faire passer un concours à vos élèves, cet article peut les intéresser.

Les parents qui découvrent ce monde des concours seront aussi sûrement intéressés de le lire !

Cela peut vous faire gagner du temps !  🙂

Si vous avez lu cet article jusqu’à la fin, bravo !

Merci de m’avoir lue !

Pour compléter cette lecture, découvrez gratuitement le PETIT GUIDE DES PREMIÈRES LEÇONS DE PIANO  pour vous aider à bien démarrer le piano avec les jeunes enfants !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Site protégé

jE vEUX MIEUX ENSEIGNER LE PIANO       lE GUIDE gRATUIT VA M'AIDER !