Débuts au piano, quelles méthodes choisir ?

Débuts au piano, quelles méthodes choisir ?

Les méthodes de piano, une offre pléthorique !

Les méthodes de piano se multiplient sur les rayons des boutiques de partitions (quand elles existent encore !) et sur les sites de vente en ligne.

Elles fleurissent, toujours plus nombreuses à chaque rentrée scolaire, se voulant toujours plus attrayantes, innovantes et efficaces que les dernières.

Difficile alors de faire le tri dans cette offre pour celui ou celle qui n’a peut-être pas les outils d’analyse et pour les choisir en connaissance de cause.

Méthodes de piano, un semblant de choix
Et encore, elles ne sont pas toutes là !

Les ouvrages pédagogiques étaient étroitement liées à l’évolution du piano. Ils mettaient en valeur les possibilités nouvelles proposées par les différents facteurs (ainsi appelle-t-on ceux qui fabriquent les instruments de musique).

On peut dire que les pianos, ou plutôt les instruments à clavier, offraient de nouvelles fonctionnalités qui inspiraient les compositeurs puis les pédagogues.

Quelques ouvrages plus ou moins anciens à vocation pédagogique

Je tiens à proposer ici une liste (non exhaustive) de méthodes du XVIII ème siècle et quelques-une du XIX ème.

Je vous mets trois liens (dans la liste ci-dessous) qui permettent de lire les ouvrages originaux sur le magnifique site Gallica de la BNF, Bibliothèque Nationale de France.

Ces méthodes de piano, on en a plus ou moins entendu parler. Les plus connues sont celles de Clementi, de Moschelès et de Kalkbrenner. Mais je trouve savoureux de les voir telles qu’elles sont, et d’aller à la source de ces tentatives pédagogiques ! Elles sont des centaines et se ressemblent beaucoup !

Une seule manque à l’appel. Celle d’un pédagogue de talent, très recherché : Frédéric Chopin. Et c’est normal, puisqu’il n’avait écrit que des esquisses et des notes en vue d’écrire, à son tour, sa méthode de piano. Elle resta inachevée à sa mort.

Il existe un livre à ce sujet, écrit par J-J EIGELDINGER  “Frédéric CHOPIN, Esquisses pour une une méthode de piano”

Méthode de François Couperin

  • L’art de toucher le clavecin (première édition de 1716) de François COUPERIN (1668-1733)
  • Le Clavier bien tempéré écrit par J.S. BACH et en 1722 (vol 1) et 1740 (vol 2) pour “célébrer” l’invention d’Andreas Werkmeister. Un ouvrage à vocation pédagogique sans être vraiment une méthode.
  • Gradus ad Parnassum de Muzio CLEMENTI. Une centaine d’études assez virtuoses en 3 volumes, publiés en 1817, 1819 et 1826
  • Méthode complète op 500 de Karl Czerny, de 1939, une somme considérable d’exercices techniques pour terminer sur des études.
  • La Méthode des Méthodes de I. Moscheles  et  F.J. Fétis de 1840
  • Des Etudes composées par J.B. Kramer (élève de Clementi), Czerny, Chopin, Liszt et plus près de nous Debussy et je ne parle pas des compositeurs contemporains. Ces études sont souvent devenues des pièces de concert.
  • Méthode de piano de BARTOK- RESCHOFSKY , Editions Musica Budapest (1913)
  • Principes rationnels de la technique pianistique, Alfred CORTOT, Editions  Salabert (1928)

La “méthode de piano” telle que nous la connaissons apparaît au XXème siècle

Au début du XXème siècle sont publiés des ouvrages clairement appelés “Méthode de piano”. Ils sont tout d’abord destinés aux enfants débutants. En effet, à cette époque, personne n’aurait songé voir débuter des adultes !

J’ai l’impression que c’est en Angleterre et aux USA que l’on trouve le plus grand nombre de méthodes publiées vers les années 1920-1930. Pas étonnant si l’on se souvient que la manufacture anglaise de pianos BROADWOOD fondée en 1771 était déjà la plus importante au monde en 1810 !

Pianos et méthodes de piano, un chemin parallèle

Autre raison, autre contexte propice à la publication des “méthodes de piano” dans les années 30, c’est l’instrument lui-même. L’évolution du piano s’est poursuivie jusqu’à la fin du XIXème siècle pour aboutir à une standardisation seulement vers 1930 ! Même si des améliorations se font encore ça et là, le piano était enfin “arrivé à maturité”.

Méthodes de piano : mon expérience d’utilisatrice

J’enseigne le piano depuis plus de 20 ans. Curieuse et soucieuse d’apporter le meilleur à mes élèves, j’ai souvent changé de méthode (livre) pour les essayer, les éprouver.

Et j’ai toujours eu plusieurs livres différents en service avec des progressions plus ou moins rapides : certains élèves ont en effet plus de facilités que d’autres. Je ne m’étends pas sur le sujet des aptitudes et du potentiel des élèves, cela pourrait faire l’objet d’un article complet !

Méthodes de piano

Et avec le temps…

  • le professeur évolue, acquiert de l’expérience
  • Les élèves grandissent, affirment leurs goûts
  • Le temps disponible pour s’entraîner diminue
  • Le contexte culturel se transforme
  • la société se transforme
  • l’apprentissage du piano est supplanté par l’apprentissage du clavier (numérique)
  • l’enseignement évolue mais dans quel sens ?
  • le métier change aussi !

Avec le temps, je n’aime plus… ces méthodes de piano

Oui avec le temps je ne les aime plus, ces méthodes ! Je n’arrive pas à faire débuter les élèves avec le matériel pédagogique actuel. Depuis pas mal de temps, je me suis rendu compte de mes limites à enseigner avec ces méthodes qui brident dès le début le corps des enfants. Je ne suis pas magicienne !  🙂

Forte de ce constat, je transforme les morceaux, leur enlève certains obstacles insurmontables, modifie les doigtés… alors faire acheter des méthodes, dans lesquelles je change tout, devient un peu pénible et j’explique aux parents que malheureusement, je ne trouve pas sur le marché ce qui me convient…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'enseignement du piano au 19ème siècle
mains de bébé sur piano
Le pouce, “opposable” aux autres doigts, ne se place pas “naturellement” pour le jeu au piano. On le voit clairement ici chez le bébé.

 Les 20 points qui me font abandonner les méthodes de piano 

  • Le clavier avec ses 88 touches n’est pas pris en compte avec l’exploration des sons extrêmes
  • La lecture de la partition, mise dès les débuts sur le pupitre, empêche l’élève de se concentrer sur la posture
  • Le débutant ne joue pas AVEC le piano en expérimentant les pédales et leurs “pouvoirs”
  • Les paramètres du son (durée, hauteur, intensité, timbre) sont peu abordés dans l’exploration du piano
  • L’écoute pour un son de qualité n’est pas mentionnée
  • La posture et la détente sont abordées de façon incomplète
  • L’appui des pieds n’est jamais pris en compte alors qu’il est essentiel
  • La main est constamment montrée collée au clavier alors qu’elle passe 90% du temps en suspension
  • Position 5 doigts à partir du DO central, génératrice de tensions dans les épaules et les poignets
  • Utilisation des pouces dès la première note jouée
  • Le geste générateur de son n’est pas abordé
  • La qualité du toucher n’est pas abordée
  • La respiration musicale n’est pas abordée
  • Des obstacles peu accessibles vus dès les premières pages
  • L’improvisation est peu proposée
  • La transposition et l’entraînement de l’oreille sont absents
  • Les morceaux, trop dans le style tonal, ne visitent pas assez les modes et autres gammes
  • Les touches noires sont abordées trop tard alors qu’elles permettraient à l’élève de jouer au fond du clavier
  • La partition limite trop le jeu pianistique qui pourrait progresser plus vite en dehors de l’écrit
  • Les morceaux ne sont pas très beaux en restant sur les positions 5 doigts / 5 notes

Les méthodes ont aussi chacune une conception différente du rôle du professeur. Certaines vont s’adresser à lui directement (…le professeur demandera à l’élève de…). D’autres n’en parleront pas, sans pour autant, donner de conseils écrits pour mieux jouer du piano.

Alors, méthodes éprouvées ou éprouvantes ?

En dressant cette liste, je suis moi-même surprise par sa longueur. Mais il serait injuste de mettre toutes les méthodes dans le même panier. Certaines ont fait des efforts quant aux styles musicaux et aux premières leçons par l’exploration du piano, comme la méthode Pianolude aux Editions Van de Velde.

Une autre que j’avais bien aimée est Les leçons de piano de Béatrice Quoniam aux Editions Lemoine. Elle est très progressive au niveau du solfège et bien organisée mais elle ressemble trop, à mon avis, à une méthode de solfège par le piano. Le geste pianistique n’y est pas évoqué.

La troisième qui a tenté la révolution est La méthode de piano pour débutants du compositeur hongrois Lajos Papp. Elle est très intéressante en présentant, dans ses sept premières pages, le jeu pianistique avec les majeurs uniquement et l’exploration sonore de tout le clavier.  Dommage qu’il n’ait pas continué dans cet esprit et qu’il rejoigne toutes les autres dans le jeu par positions, à 5 doigts très tôt dans le livre.

Enfant écrivant de la musique
Les enfants n’ont pas de complexes en écrivant leurs propres partitions ! ♬

Si je reprends la liste des 20 points cités plus haut et que j’en prends systématiquement le contre-pied, j’ai presque ma méthode idéale ! Je ne vais pas développer davantage, vous comprenez ce que je souhaiterais ne pas y voir !

Le piano, victime de sa célébrité

Le piano qui semble être un instrument de musique facile à jouer, est aussi l’instrument utilisé par les non-pianistes, les professeurs de solfège, les passants des gares… Il est également l’instrument idéal pour faire comprendre la grammaire musicale et les tonalités par l’observation des touches noires. Bref, “facile” puisqu’il faut “juste appuyer sur la bonne touche au bon moment…” 🙁

Les méthodes de piano pour débuter
Méthode de piano du 19ème siècle.

Et le piano est bien le seul instrument de musique à souffrir de sa grande renommée. Qui, en effet, ne connaît pas cet instrument ? Et qui saurait reconnaître un tuba, un cor voire une flûte traversière ? Les doigts se baissent (sans jeu de mots).

professeur-de-piano-et-eleve
Guider le débutant

Et son enseignement (ou plutôt son apprentissage) en prend un coup. “Oui, pourquoi se prendre la tête avec la posture, la détente, les poignets souples, le poids du bras, la qualité sonore, les respirations ? D’abord, on n’a pas besoin de souffler dedans, ce n’est pas une flûte ! Et on arrive très bien à sortir des sons comme ça !”  🙁

Il m’arrive parfois, pour qu’un élève accepte de faire ce que je lui demande, d’évoquer les différents problèmes dont ses petites mains fragiles pourraient souffrir s’il travaille le piano tout crispé ! Mieux vaut prévenir que guérir !

Ainsi, les professeurs récupèrent chaque année des élèves sans moyens techniques pour jouer de façon efficiente. Avec parfois 5 ans de piano derrière eux voire plus… Je ne juge pas : on a tous eu des élèves difficiles à enseigner et dont on n’aurait pas été très fiers.

Mais l’important, ce sont les élèves. Alors les professeurs dont c’est le métier redoublent d’énergie pour mettre ces pianistes en herbe, à niveau. Juste pour qu’ils puissent continuer à jouer du piano. Quand les résultats sont là, c’est une belle satisfaction !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Top départ, ma première vidéo !

Les jeunes pousses sans les pouces !

Pour moi, la méthode idéale doit donc transmettre la technique du geste pianistique dès la première leçon. Elle  fait jouer les premières mélodies seulement avec les majeurs, (les troisièmes doigts) pour bien stabiliser la main. Puis elle ajoute les 2 , les 4, les 5 puis beaucoup plus tard les pouces !

les doigtés au piano
Pas de pouces pour commencer le piano !

Le jeu non legato (non lié) est l’occasion de faire découvrir le relever du poignet pour que l’élève l’intègre et l’utilise ensuite “naturellement”. Une étape à ne pas brûler : elle installe le geste qui générera un beau son avec une oreille attentive et qui déverrouillera de façon consciente les poignets.

La méthode BARTOK-RESCHOFSKY de 1913 présente ce non legato mais avec tous les doigts. C’est une des rares méthodes à parler de la main en mouvement. Elle existe encore mais n’est pas vraiment utilisable en l’état. Sauf pour des élèves très doués qui travaillent efficacement et avec un professeur expérimenté.  🙂

Méthode Bartok Reschofsky
Méthode Bartok Reschofsky

Ce n’est pas le geste pour le geste mais bien pour une qualité sonore, un rendu musical. L’élève qui apprend cela, même à 4 ans, ne jouera plus autrement. Ce geste de souplesse du poignet libère son jeu, lui permet de répéter les notes facilement, rend son jeu fluide et plus expressif, que du bonheur !

Jeune enfant au piano
Un jeu qui respire

Personnellement, j’ai décidé d’écrire moi-même de petites pièces pour les élèves, en pensant aux difficultés qu’ils peuvent rencontrer ou à ce que j’ai besoin de leur enseigner. Aujourd’hui, par exemple, j’ai écrit une pièce pour apprendre à mettre la pédale. Pour un enfant de 7 ans.

Un court aparté sur la pédale

Mettre la pédale à 7 ans est tout à fait possible mais le moyen pour y parvenir n’est pas encore très connu en France. Déjà, comme on l’a vu plus haut, l’appui des pieds n’est pas considéré comme important puisqu’ on ne s’en préoccupe pas dans les méthodes de piano. A croire que les enfants n’ont pas de jambes ! Alors faire mettre les pédales…

Cliquez ici pour voir l’article sur les rehausseurs de pédales

Toutefois, certains professeurs commencent à s’y intéresser et bricolent des petits tabourets.

François Couperin, en 1716  😮 dans sa méthode de clavecin citée plus haut, disait : ” L’âge des débutants est de six à sept ans. Il faut en début de cours ajuster une chaise à la taille de l’enfant, sans laisser les jambes ballantes.”

Les réhausseurs de pédales servent dans un premier temps d’appui pour les pieds

Voici deux modèles de réhausseurs de pédales.

Réhausseur de pédale : pedal extender

Si vous ne voulez pas y mettre trop cher, vous pouvez suivre les instructions ici pour construire un réhausseur de pédales vous-même !

Donc, quand j’écris des pièces courtes isolant une caractéristique technique, j’essaie qu’elles puissent être travaillées et terminées en 15 jours maximum. Il s’agit en effet de rendre l’obstacle accessible et de ne pas mettre l’élève en échec.
De plus, les écrire en grosses notes en simplifie l’accès. Et avec cela, je pense avoir ma méthode idéale ! C’est en tout cas celle qui ME convient et qui correspond à ce que je veux transmettre. J’avoue aussi que cela prend du temps.

La méthode idéale du commerce : le mouton à cinq pattes

Finalement, à chaque enseignant sa méthode ? J’aurais tendance à le penser. Pas étonnant qu’il y en ait autant ! Mais est-il vraiment nécessaire de posséder une méthode-ouvrage (que l’on appelle aussi méthode-papier pour la différencier de la méthode pédagogique !) ?

Dans cet article, j’ai fait rapidement un petit tour dans l’histoire de la méthode pour piano. Elles sont très nombreuses et le choix est difficile. Pour ma part, elles ne proposent pas ce que je souhaite apporter à mes élèves.

Alors même si je n’ai pas de premiers  prix d’écriture et d’harmonie, mes solides connaissances de théorie et d’analyse musicale me permettent d’écrire des petites pièces voire des miniatures qui tiennent plutôt la route.  🙂

notes de musique écrites par un enfant
Non… ça c’est pas de moi ! 😉

Pour finir… commençons à créer pour nos élèves !

De mon côté, l’inspiration vient souvent pendant que j’improvise en fin de journée : certains réflexes refont surface, de jolies bribes de mélodies jaillissent, des enchaînements harmoniques naissent, des modes s’invitent sous les doigts…  Si je n’ai pas le temps de noter, je m’enregistre et je reprends plus tard sous la dictée, avec papier et crayon.

Et vous, en tant que professeur de piano, avez-vous trouvé votre méthode idéale ? Oui ? Non ? Avez-vous envie d’écrire des pièces pour vos élèves ? Pensez-vous vous lancer dans cette petite aventure créative ?

Essayez ! Vous serez agréablement surpris par votre potentiel et les méthodes de piano ne vous attireront plus autant !  😉

Merci d’avoir lu cet article !   Envie de partager une pensée inspirée par cet article ? Allez-y, commentez !  🙂

Et pour aller plus loin, vous pouvez télécharger gratuitement votre bonus

“Le guide des premières leçons de piano” en complétant le formulaire ci-dessous !

Partager l'article
  •  
  •  
  • 6
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Site protégé

jE vEUX MIEUX ENSEIGNER LE PIANO       lE GUIDE gRATUIT VA M'AIDER !