Utiliser la pédale au piano

Utiliser la pédale au piano

Cet article est la transcription de la vidéo “Savoir mettre la pédale au piano”. Je vous invite à la regarder. Des exemples pratiques vous sont proposés ! Durée 18 minutes.

Débuter l’étude de la pédale au piano

Si vous voulez mettre la pédale pour la première fois sur votre morceau de piano et que vous êtes complètement débutant, cette vidéo est pour vous !

Bienvenue sur la chaîne « Les sons du piano », la chaîne qui parle de piano de pédagogie, qui s’adresse aussi aux professeurs et aux amateurs.

Merci aux abonnés qui me suivent et bienvenue à vous qui arrivez pour la première fois sur une vidéo de la chaîne. Pour faire connaître cette chaîne, pensez au CLAP (Commentaire, Like, Abonnement et Partage). Toutes ces actions de votre part permettront un meilleur référencement SEO de la chaîne et ainsi, plus de monde pourra découvrir tous ces conseils.

Comme support à mon propos, je vais utiliser trois pièces :

  • la Petite Etude de Schumann qui est dans l’Album pour la Jeunesse
  • la Première Gymnopédie d’Erik Satie
  • Nobody Knows qui est dans une méthode de piano (à la demande d’un de mes abonnés).
Apprendre à mettre la pédale au piano

Les enfants peuvent aussi utiliser la pédale grâce à un réhausseur de pédales. Je vous renvoie sur l’article https://lessonsdupiano.com/lenfant-au-piano-appuis-des-pieds-et-pedales/

Aller à l’essentiel pour enseigner la pédale au piano

Dans cette vidéo, je vais essayer d’aller à l’essentiel. Dans une autre vidéo, je développerai davantage sur la pédale mais je souhaite que cette vidéo soit claire pour les débutants.

Avant de faire l’exercice que j’appellerai « exercice 0 », qui est celui qu’il faut faire avant d’appliquer la pédale sur un morceau, je voudrais vous dire quelques petits détails sur le pied et la pédale.

Le pied et la pédale au piano

Parfois, on voit les élèves remonter le talon. Il ne faut pas le faire : la pédale va s’actionner du bout du pied avec le talon qui reste à terre. Autre chose : on va garder le bout du pied en contact avec la pédale. Il y a deux problèmes à cela : on va entendre le choc de la chaussure sur la pédale et si on lâche la pédale, on a le choc de la pédale contre le bois. Les deux défauts ajoutés, ce n’est pas très chouette !

Voilà pour le pied et la pédale. Il faut l’avoir éprouvé, essayé, expérimenté.

Le pied et la pédale du piano

Un exercice ultra simplifié : L’exercice 0 !

Voici l’exercice que j’appellerai volontiers exercice 0. C’est celui qu’il faut faire avant de mettre la pédale sur un morceau.

Exercice préliminaire pour jouer du piano avec pédale

Apprendre à enlever la pédale

Finalement vous allez apprendre à mettre la pédale mais vous allez surtout apprendre à enlever la pédale !

Je dirais que l’état normal du pied quand on met la pédale est en bas et ce qu’il faut surtout faire, c’est apprendre à le lever. Ecouter la note et apprendre à lever.

Il faut que chaque note soit reliée à la suivante, c’est très important, mais pas reliée par les doigts. C’est pour cela qu’il est très important de faire cet exercice avec un seul doigt (ça peut être le 2 ou le 3, évitez le pouce car cela ne serait pas très confortable pour la main).

Je vous disais donc que l’état normal du pied, quand on met la pédale, est en bas et, exceptionnellement, on va le monter.

C’est en tout cas la première approche de la pédale quand on est débutant.

La pédale du piano est un RELAIS

Quand je pense à la pédale, je pense à deux mots :
RELAIS parce que la pédale doit être un relais du doigt
DÉCLENCHEUR car c’est la touche qui est finalement comme un bouton déclencheur de la pédale

Après avoir dit ça, je vais vous commenter l’exercice. Maintenant, dans la vraie vie du pianiste, ça se fait plus rapidement mais, en tout cas, le doigt doit toujours partir après le retour de la pédale en bas.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Apprendre à jouer du piano comme un pianiste ?

Pour débuter, c’est très important de séparer ces deux actions : la descente du pied et la levée du doigt.

Rythmiquement, ça ferait [1 2 – le doigt se lève , 1 2 – le doigt se lève…] et 1 2 c’est le mouvement du pied.

Pourquoi séparer ces deux actions pour débuter ? Parce qu’on risque de lever le doigt trop tôt. Et ça fait quoi ? Eh bien, le son ne sera pas tenu.

Aller-retour rapide du pied

Elle s’appelle pédale enchaînée. J’ai lu que, dans “L’Art du Piano”, Neuhaus l’appelle “la pédale en retard“et ça pourra nous faire comprendre d’autres choses. J’en parlerai dans une autre vidéo.

La pédale est donc un relais. Elle va permettre aux sons d’être reliés les uns aux autres. Si je jouais cet exercice sans pédale, il y a vraiment un silence entre les deux. Maintenant, si j’utilise la pédale, le son est continu.

Comment mettre la pédale du piano concrètement ?

C’est une synchronisation mais, je dirais, à l’envers :
– premier mouvement, je lève je rabaisse pendant que mon doigt est encore sur la touche
– je recommence : mon pied est enfoncé. Cela veut dire que, quand je joue la touche, il y a un mouvement de montée descente rapide du pied. Le doigt n’a pas encore quitté la touche.

Maintenant, je vais enchaîner. Je vais faire tout le cycle : je monte, je baisse et mon doigt peut se permettre de partir. Voilà tout le cycle. Une fois qu’on sait faire ça, on sait mettre la pédale enchaînée.

Je vais donc recommencer et je vais le faire sur plusieurs notes

Le pied sur la pédale du piano, mouvement schématisé

Je sépare bien l’action aller-retour rapide du pied et la levée de mon doigt volontairement. Une fois que la pédale est à nouveau enfoncée par le pied, le doigt peut enfin se permettre de partir et c’est comme ça que se fait le relais.

Si c’est clair pour vous, vous saurez mettre la pédale. L’idéal en tout cas pour mettre la pédale, pour apprendre à mettre la pédale, je pense que c’est de jouer sans partition. Il faut penser à l’exercice et faire les choses par cœur. Il ne faut pas qu’il y ait un obstacle entre soi-même et le piano.

S’exercer par cœur

La pédale enchaînée s’apprend vite. Il suffit de faire cet exercice vraiment par cœur et c’est comme ça qu’elle sera le mieux assimilée.

Après avoir fait l’exercice 0 avec un doigt, vous pouvez vous amuser à faire des harmonies, des accords. Je joue ici simplement les accords de Do Majeur sans faire de suites d’accords élaborées.

Si je mettais tous ces accords dans une seule pédale, c’est-à-dire sans changer la pédale, cela ferait une belle cacophonie. C’est un style mais ce n’est ce qu’on veut.

Alors on n’est pas obligé de changer à tous les accords : si, par exemple, ces accords vont bien ensemble ou si ces notes vont bien ensemble, par exemple, do mi et ensuite sol si bémol, quelque chose qui va ensemble (c’est un accord de septième) …. Ou si je joue l’accord et ses renversements, c’est la même harmonie.

La pédale ? Un pot de peinture !

Pour utiliser une métaphore, on peut dire qu’une pédale, c’est un pot de peinture. Imaginons que ma peinture est rouge. Si j’y mets des gouttes de peinture rouge, tout va bien.

Métaphore !

Là, par exemple, si dans mon pot de peinture rouge, je veux rajouter du blanc pour faire du rose, ça va bien ensemble. C’est ce que je veux. Tout va bien : je peux mettre ces deux harmonies dans la même pédale.

Maintenant, si je joue des notes conjointes, ça va être plus délicat. Donc, en général, ce n’est pas vraiment une situation dans laquelle on met de la pédale.

La pédalisation : un art subtile

L’art de la pédale (la pédalisation) est plus subtile que cela. Mais dans cette vidéo j’expose le B. A. BA. de l’utilisation de la pédale au piano.

Petite Etude Schumann

La mise en pratique de la pédale sur la Petite Etude de Schumann est un peu particulière parce que je pensais la mettre à la mesure.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment jouer la valse en la mineur de CHOPIN

De temps en temps, il y a deux mesures dans une même pédale. Ce n’est pas forcément naturel parce qu’on enchaîne plusieurs harmonies conjointes.

partition piano Petite Etude Schumann

Personnellement, franchement, je vais prendre la liberté de la mettre sur toutes les mesures, sur tous les changements d’harmonie.

Par exemple, à la mesure 4 et 5, il y a les mêmes notes (en tout cas c’est l’accord de sol majeur donc on n’a que des sol, des si et des ré sur deux mesures) et ça veut dire qu’on est dans la même harmonie.

Là, naturellement, la pédale est sur ces deux mesures et le changement se fait sur la troisième. A part ces mesures où vraiment l’harmonie est la même, je changerais partout. Vous voyez donc que je mets la pédale sur chaque première basse, sur chaque première note de la main gauche.

Nobody Knows pour débuter

Voyons cette pédale appliquée sur Nobody Knows. Vous voyez que, sur cette partition, la pédale est placée d’une façon particulière.

Personnellement, je ne la comprends pas tellement. Je ne comprends pas tellement ce dessin parce qu’on n’a pas l’idée de deux montées descentes de la pédale. Je ne l’écrirais donc pas comme ça. Je l’écrirais plutôt de cette façon-là.

Villa Lobos

Vous voyez aussi que, sur d’autres partitions, il est écrit « Ped » pour pédale et une sorte de petite fleur. On trouve cela dans les éditions plus anciennes.

Les symboles de la pédales au piano

Donc, Nobody Knows : je vais vous montrer ça avec la main gauche. J’enfonce la pédale mais je ne vais pas la lever sur la première note parce que le fait de lever la pédale, c’est pour nettoyer les harmonies qui sont là avant. Comme il n’y a pas d’harmonie, il n’y a rien à effacer. Je peux me permettre de garder la pédale.

Je l’enfonce, je joue l’accord et je remplacerai, je changerai la pédale sur mon deuxième accord.

Personnellement, dans cette pièce, je ne respecte pas le texte et la pédale parce que je trouve que c’est brouillon.

Quand je le fais, ce n’est pas agréable à l’oreille. Donc je fais comme si la basse était une noire. Je change donc mon pied deux fois.

Gymnopédie

Si je mets maintenant en pratique l’exercice 0 sur la première Gymnopédie, ça donne cela.

La pédale dans la première gymnopédie Satie

Si vous savez faire cela, vous savez mettre la pédale sur toute la Gymnopédie. Vous avez dû remarquer que je n’ai pas changé la pédale sur le deuxième accord. Je l’ai gardé. C’est volontaire puisque la basse doit durer. Les basses doivent s’enchaîner.

Si je mettais mal la pédale, c’est-à-dire si je la soulevais trop souvent, la basse ne serait pas tenue.

Vous voyez que ce n’est plus pareil si on change la pédale sur toutes les actions de la main : on n’a pas cet effet de septième alors que c’est tout le style de cette pièce d’Erik Satie.

Cette vidéo est maintenant terminée. J’espère avoir été assez claire. Mettez ça tout de suite en pratique. Vous verrez que c’est assez simple finalement.
C’est le principe de la pédale enchaînée que Neuhaus, dans « L’Art du Piano », appelle la pédale en retard et, finalement, c’est une bonne appellation (vous verrez pourquoi plus tard).

Pour vous remercier de votre passage sur la chaîne « Les sons du piano » et si ce n’est pas encore fait, vous pouvez télécharger mais deux bonus : le premier est un guide pour les premières leçons de piano ou « comment commencer autrement le piano » et mon second est un répertoire pour les deux ou trois premières années de piano avec des pièces qui vont du baroque jusqu’à la musique du XXIème siècle.

A bientôt.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Site protégé