Des lunettes pour une bonne vision au piano

Des lunettes pour une bonne vision au piano

Une paire de lunettes adaptées à la pratique du piano

 

Animaspyros, Syros-Grèce

Je souhaite parler ici d’un sujet bassement matériel en rapport, bien sûr, avec la pratique pianistique : la vision et le confort visuel dans la pratique du piano. Un partage  fortement inspiré de mon expérience en tant que pianiste et professeur de piano.

Ce n’est donc ni du piano, ni du tabouret ni même du métronome dont je vais vous parler, mais bien de lunettes que portent nos apprentis-pianistes enfants ou adultes de tous âges.

Un problème de vue spécifique aux claviéristes

C’est, je pense un problème auquel se confrontent plus particulièrement  les musiciens jouant d’un instrument à clavier : clavecin, orgue, piano. Et peut-être les guitaristes et les harpistes…Enfin, tous ceux qui doivent faire des mouvements de bras pour exercer leur art ! Bien qu’il soit souhaitable de ne pas regarder son clavier pour jouer, il est indispensable d’avoir une vision élargie pour voir où placer ses mains.

 

Pour les autres instrumentistes, le mécanisme d’accommodation de l’œil se fait plutôt uniquement sur la partition.  En effet, les instrumentistes à vent (jouant clarinette, flûte, saxophone, trompette …) gardent leur position sur l’instrument et modifient les notes en changeant de doigtés avec les pistons ou les clés : c’est une position que je qualifierais de “statique“. Ils ne regardent donc jamais leurs doigts.

 

une trompettiste
La jeune trompettiste française Lucienne Renaudin Vary

 

Les instrumentistes à cordes (jouant alto, violon, violoncelle, contrebasse…) sont, eux, un peu plus mobiles avec l’archet dans la main droite et les déplacements de la main gauche. De plus, il leur arrive parfois de regarder leur archet qui passe d’une corde à l’autre. Les heures de travail sur l’instrument permettent de bien contrôler les choses. Le cerveau a mémorisé les distances dans les démanchés (les déplacements sur le manche) comme pour les pianistes sur leur clavier.

 

violoniste

Un champ de vision large, au-dessus d’un clavier de 122 centimètres de long !

Même s’il ne doit pas regarder ses doigts, le pianiste doit savoir où il “tombe”. Les doigts courent sur toute la longueur du clavier, les mains se déplacent, se croisent…Bien sûr, le long travail de répétitions, de précision d’attaques permet déjà une bonne aisance dans les grands déplacements. Mais cela ne suffit pas pour avoir un “jeu propre”sans fausses notes, pour dire simple. Donc, pour ne pas “tomber à côté des touches”, le pianiste jette des coups d’œil furtifs sur le clavier dans les passages les plus acrobatiques !

 

Des lunettes adaptées pour jouer du piano

 

Pour palier à ce problème de vue : jouer par cœur  ! Mais ce n’est pas la vraie solution !

Pour évacuer ce problème, les pianistes, élèves ou concertistes, jouent par cœur leur morceaux en solo après les avoir travaillés avec la partition car le “par cœur” a de nombreuses vertus. Il oblige le pianiste a bien analyser sa partition et aussi à s”approprier” le discours musical. Quand on joue de mémoire, on est soi-même plus dans la musique. On la vit plus. Et un autre problème est écarté, c’est la tourne des pages ! Mais je m’arrête là, car je vais m’écarter (moi aussi!) de mon sujet…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'enfant au piano : appuis des pieds et pédales

Les lunettes, portées par 70% des Français

Cet objet pourrait passer pour une bien curieuse prothèse s’il n’était pas porté par 70% de la population française dont 20% des enfants de Grande Section de Maternelle, âgés de 5 ans !

Une étude de la DRESS (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Évaluation et des Statistiques) nous dit que, déjà en 2014, 3 français sur 4 âgés de plus de 20 ans avaient des troubles visuels !

Des lunettes adaptées à la lecture des partitionsLes apprentis-pianistes n’y échappent pas

Certains de mes élèves, adultes et enfants, ont des lunettes. Bien sûr, les raisons pour en porter sont différentes pour chacun selon les corrections à apporter mais ils se rejoignent tous sur un point :  le port de tête quand ils sont au piano EN LISANT leur partition. Ceci est encore plus évident sur un piano à queue dont le pupitre se situe plus haut que sur un piano droit.

Mon expérience personnelle m’ouvre les yeux !

C’est seulement maintenant, alors que je suis moi-même affublée de binocles, que je comprends le pourquoi de cette étrange position tête lancée en arrière, menton levé en avant, les yeux rivés sur la partition. Et aussi bien les enfants que les adultes !

Personnellement,  je me suis vite rendu compte que j’étais très gênée pour lire mes partitions avec ma nouvelle paire de lunettes à verres progressifs : côté lecture, ça allait à peu près mais une fois que je regardais le clavier, les mains et les touches étaient floues.

Autre problème, il m’était devenu très difficile de déchiffrer car je ne voyais plus mes mains dans mon champ de vision. Bien sûr, pas question de regarder les mains en déchiffrant, c’est la base de toute bonne méthode de lecture au piano ! De plus, le bord épais des lunettes se rajoutait au tableau…

Au bout de quelques jours, après analyse de la situation, je me suis décidée à retourner chez l’opticien avec une partition de “l’édition aux petites notes”, j’ai nommé l’édition Durand ! Toutes les pièces de Debussy par exemple y étaient éditées. Si vous avez travaillé des pièces de ce compositeur français, cela doit vous dire quelque chose. D’autres éditions ont des notes bien plus grosses mais je ne parle pas des méthodes pour les enfants avec des notes grosses comme des fèves !

 

Des éditions de partitions bien différentes
Des éditions aux tailles de notes bien différentes !

 

Avoir des lunettes spécialement étudiées pour jouer du piano

Donc, après avoir exposé mon problème et mon besoin à l’opticien, le verdict tombait : les lunettes progressives ou à double foyer, comme on disait jadis, ne sont pas adaptées au piano. La solution était simple : je devais me faire faire une seconde paire de lunettes qui prennent vraiment en compte la pratique du piano. 

Pour préparer le rendez-vous chez l’opticien, j’ai donc vérifié la distance des yeux jusqu’à la partition posée sur le pupitre (qui est assez haut sur un piano à queue). Et les tests ont été faits avec la distance requise. Bien sûr, c’est beaucoup mieux quand l’opticien se déplace chez vous !    🙂  Ah ! ils ne se déplacent pas ? Donc, il faut amener vos partitions !

Et, cerise sur le gâteau, je n’avais rien à débourser. Elles étaient prises en charge par notre “chère” sécurité sociale française et ma mutuelle.

Depuis que je les utilise, je ne les oublie jamais si je dois jouer quelque part sinon c’est à peu près comme si je n’avais pas de piano : impossibilité de jouer

Assez parlé de moi ! Ce problème de lecture au piano peut toucher tout adulte ou enfant qui porte des lunettes. Y compris les professeurs ! Pensez-y !

Lunettes et piano, pour la vue !
Maintenant, c’est avec mes élèves d’aborder ce sujet

Et je pense en particulier à un élève. Il est intéressé par le piano et progresse bien, mais comme par hasard, il n’aime pas du tout jouer en lisant sa partition.

Il préfère l’apprendre par cœur dès le début du travail. Non pas comme ce que préconise la méthode Leimer-Gieseking , dans la façon d’apprendre un morceau sans même le jouer au piano, mais il l’apprend par mesures une fois celles-ci déchiffrées. Il progresse ainsi en remettant le nez dedans au gré des difficultés à surmonter.

Nous, professeurs, avons tous eu ce genre d’élèves. Et ce n’est pas la meilleure façon de travailler une œuvre, en tout cas au début de l’étude , car des erreurs peuvent s’installer rapidement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  L'enfant au piano : appuis des pieds et pédales

 

Alors pour l’obliger à lire en jouant, je lui ai fait prendre une méthode de déchiffrage. Il est plus autonome depuis et lit assez bien mais il garde sa bonne vieille façon d’aborder la partition. Normal !

Les lunettes habituelles peuvent vraiment gêner le pianiste

des lunettes pour mieux jouer du pianoJe reviens sur le sujet de cet article : je suis persuadée que ce sont ses lunettes portées au quotidien qui le gênent. Je lui en ai déjà parlé mais il n’a pas l’air de considérer cela comme important. Il va falloir que je sois plus persuasive !

En tant que professeur, nous pensons à la posture de nos élèves au piano mais rarement à leur confort de lecture. Je pense qu’il est important de s’assurer que nos élèves voient bien. Et faire changer les mauvaises habitudes peut avoir une  incidence très positive sur leur cursus.

Je terminerai en disant que porter des lunettes adaptées (qui offrent un large champ de vision nette) est tout aussi indispensable qu’un bon tabouret stable ou un piano bien accordé ! N’hésitez pas à en parler avec un opticien : il y a des solutions !

 

Et vous, chers collègues, qu’en pensez-vous ? Vos élèves semblent-ils gênés pour la lecture au piano ? Avez-vous déjà vu des élèves dans la posture décrite plus haut ? Comment voient-ils l’ensemble partition-clavier ? Vous êtes-vous, personnellement, déjà trouvés dans cette situation loin d’être anecdotique ?

Et vous, parents de pianistes en herbe, que feriez-vous si un professeur vous demandait d’acheter une seconde paire de lunettes à votre enfant pour sa pratique du piano ?

Merci de m’avoir lue ! Si cet article vous a intéressé et pour approfondir ce sujet, vous pouvez laisser un commentaire pour partager votre expérience !

Partager l'article
  •  
  •  
  • 23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Site protégé